Une journée avec… Joëlle Salenc : « Vive l’ascenseur social !»

partager :

Issue d’une famille de dix enfants, Joëlle Salenc entre à l’usine à 16 ans. Nous sommes en Lorraine, chez Thomson les chaînes fonctionnent à plein régime. Les voyages en métropole et en outre-mer l’éloigneront de son berceau natal. Avec le temps, les chiffres qu’elle affectionne vont prendre le pas. Un BEP comptable est à sa portée. L’occasion pour elle de reprendre ses études trop tôt délaissées à son goût. La réussite et les achats sont au bout du chemin…

Travailleuse, oui ! Mais cette fois-ci au CHU de Nîmes qui, en 1995 vient d’inaugurer une Unité de Production Culinaire, la direction hospitalière y intègre la cellule marchés publics rattachée aux affaires économiques. Très tôt remarquée par son chef de service, à laquelle Joëlle confie son ambition d’être un jour cadre aux achats, ses vœux ne sont pas tombés dans l’oreille d&

Abonnez-vous pour continuer votre lecture

15 jours gratuits sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous.

Commentaire

Il n'y a actuellement aucun commentaire.