Les formations achatpublic.com

2020 : les travaux des uns ; les résolutions des autres

"Le travail paie dans le futur ; la paresse, elle, paie comptant !"
Jacques Dutronc

Une année de plus au compteur ! L’occasion d’envisager, plein de confiance, la nouvelle année. Pour assurer le plus grand accès de la commande publique aux entreprises (LE credo du gouvernement depuis plus d’un an), les défis à relever sont encore nombreux. Il ne s’agit pas tant du relèvement du seuil à 40 K€ : les acheteurs publics y sont prêts, bon gré, mal gré  (relire "Seuils marchés publics : Dès qu’un problème se fait jour, on s’attache d’abord à vouloir modifier la règle"). Il faudra surtout que la sauce du "décret de Noël" finisse par prendre (relire "Achat innovant : les embûches du décret de Noël"). De même, l’affacturage inversé devra se répandre (relire "Affacturage inversé et contrats de commande publique";  "L’affacturage inversé en 7 points-clés" et "Faire disparaître le triangle des Bermudes de l’économie !"). Sans qu’il s’agisse d’en minorer les difficultés de mise en œuvre, ces travaux relèvent, en quelque sorte du SAV de la modernisation de la commande publique (lire "Commande publique : panorama des textes à venir").


Programme  et méthode

Reste alors le gros œuvre. Sans verser dans l’art divinatoire, on peut au moins repérer trois chantiers lourds. D’abord, la dématérialisation de la commande publique : nous ne serions qu’à la moitié du chemin (relire "Commande publique dématérialisée : ce qui vous attend" et "Au bout de la chaine de dématérialisation… l’archivage !"). Ensuite, la refonte des CCAG, dont les premiers compte-rendus d’ateliers sont attendus au printemps (relire " CCAG : les 6 propositions de la DAJ pour prévenir les litiges" et "6 objectifs et 1 calendrier pour la réforme des CCAG"). Dernier de ces lourds dossiers, celui de la sous-traitance (relire  "CCAG, Open-data, données essentielles et avis de publicité : la DAJ dévoile sa feuille de route ").
Des dossiers lourds, parce que les intérêts, sans être nécessairement contraires, sont souvent différents. C’est ainsi qu’en 2020, la DAJ devra faire preuve de finesse, en assurant une réelle concertation (relire "Les contraintes des communes doivent aussi être prises en compte") et peut être en assurant un rythme soutenable (relire "Filer à un train d’enfer… sur toute la ligne !").
La DAJ devra aussi montrer sa capacité à aborder l’achat public au-delà de ses approches juridique et économique. Car fournisseurs et maîtres d’œuvre répondent désormais bien volontiers aux attentes sociétales liées à la Responsabilité sociale et environnementale (lire par exemple l’interview de Nicolas Dessus, Président du Conseil national de l'Ordre des architectes : "Le métier d'architecte est soumis à une concurrence ouverte et totale"). Les problématiques RSE prennent une importance nouvelle et sans commune mesure avec ce qu’il se passait il y a simplement trois ou quatre ans ! Et pour cause : assumer cette responsabilité nouvelle, c’est un facteur d’attractivité, ou au moins vecteur de communication efficace…
Mais faisons donc confiance à la DAJ : ne vient-elle pas de voir son organisation revue et ses missions étendues (lire "De Noël au Nouvel an : les textes "commande publique" qu'il ne fallait pas manquer") ?


Utiles et proches

Du côté d’achatpublic.info, nous avons une (très bonne) résolution : faire mieux encore qu’en 2019 !
Pour cela, pas de mystère : nous nous rapprocherons encore plus de vous. D’abord, assurer une veille pointue et dédiée. De celles qui vous permettent de partir en congés le cœur léger : à  votre retour, vous n’aurez rien manqué d’indispensable (lire  "De Noël au Nouvel an : les textes "commande publique" qu'il ne fallait pas manquer"). Chaque jour, avec bonheur (en principe), nous vous sélectionnerons l’essentiel de l’information nécessaire à l’exercice « en pleine conscience » de votre métier. Ensuite, nous vous donnerons la parole le plus souvent possible, à travers nos tribunes, qu’il s’agisse de grands débats de fond (lire "L’Europe à la rescousse des lanceurs d’alerte") ou encore de ses enjeux "techniques" (relire : "Et si on abandonnait la logique des seuils dans le choix des procédures de mise en concurrence ?"). Et puis, tout au long de nos "infos du jour" et "brèves", nous continuerons à rendre compte de l’extraordinaire richesse de l’achat public, de la (parfois…) réjouissante complexité du droit de la commande publique…

La Rédaction d’achatpublic.info vous souhaite une excellente année 2020


Jean-Marc Joannès