La recevabilité de l'appel en garantie dépend des sommes inscrites dans le DGD

partager :

A l’occasion d’un contentieux, le Conseil d’Etat articule les règles de l’appel en garantie et celles du décompte général définitif. Ce faisant, les sages du Palais Royal affinent la jurisprudence "Commune de Dijon" du 15 novembre 2012.

Un maître d’ouvrage, condamné à indemniser le préjudice causé à son entrepreneur, ne peut appeler en garantie son assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) fautif, s’il n’établit pas le décompte général définitif (DGD) dans les règles de l’art. C'est ce que rappelle le Conseil d’Etat à l'occasion d’un contentieux opposant le centre hospitalier uni

Abonnez-vous pour continuer votre lecture

15 jours gratuits sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous.

Commentaire

Il n'y a actuellement aucun commentaire.